English

ÉTATS-UNIS : Il est permis de tuer mais pas de donner son opinion

Ozzie Guillen, le gérant des Marlins de Miami, une équipe de Baseball a été suspendu pour 5 matches parce qu’il aurait déclaré qu'il aime Fidel Castro et qu’il le respecte pour être demeuré si longtemps au pouvoir. En plus de sa suspension, le Gérant a du s’excuser publiquement et a promis tout faire pour rétablir les ponts avec la communauté américano-cubaine qui réclamait son congédiement et qui a appelé au boycott de l’équipe. Le Maire de Miami s’en est mêlé, et des personnalités bien en vue ont demandé au Gérant de démissionner. Le président des Marlins David Samson a dit que les propos de Guillen étaient graves et choquants pour la communauté de Miami qui compte de nombreuses victimes de la dictature. Le commissaire du baseball Bud Selig a appuyé la décision des Marlins de suspendre Guillen. Il a ajouté que  le baseball est une institution avec d'importantes responsabilités sociales et que chacune des 30 équipes doit manifester du respect pour toutes les communautés.


Pour bien comprendre pourquoi un simple entraineur de baseball ait pu déclencher une tempête médiatique, voire même une crise politique pour des propos qui lui sont personnels, il faut savoir que le nouveau stade des Marlins a été construit dans le quartier de la Petite La Havane, en banlieue de Miami et que l’équipe tente de reconstruire sa base de partisans avec l'aide de la communauté cubaine installée dans le sud de la Floride. Dans de telles circonstances, la liberté d’opinion n’est pas compatible avec les intérêts financiers de l’équipe et de la Ville de Miami. En sanctionnant Ozzie Guillen pour des propos tenus sur le territoire du plus grand des donneurs de leçons en matière de démocratie, les décideurs ont adopté les mêmes méthodes qu’ils reprochaient au régime de Fidel Castro, tuer toutes formes de dissidence et renier le droit à la libre opinion.


Ce n’est pas parce qu’on vit dans un État de droit que cet État prend entièrement ses responsabilités. En 2012, la mort de Trayvon Martin a permis au grand public de connaitre la loi Stand your Ground votée en 2005 avec l’appui de la National Riffle Association. Le jeune Martin, a été abattu par George Zimmerman, qui  participait à une patrouille de quartier. Le Stand your ground autorise un individu à faire usage de son arme si ce dernier estime qu’une telle force est nécessaire pour se protéger ou pour protéger les autres. Il faut voir dans cet évènement une démission de l’État qui par cette loi accorde aux citoyens le pouvoir de juger et de sanctionner les autres. Une telle loi qui s’apparente au Far-West, ne peut en aucun cas respecter l’esprit de la démocratie qui exige de l’État la mise en place d’un système équitable de justice pour régler les différends entre les individus et pour sanctionner les délits.

Frederic Boisrond, MBA

NOS COORDONEES
Notre adresse
104, Rue Gentilly
Laval (QC) H7K 2M1
Téléphone
514-995-3854
Email
info@feedbacktivite.com
PUBLICATIONS
Nos publications et articles
Cliquez ici pour
y acceder.
Copyright © 2012 Feedbacktivite
Tous droits réservés
Conception web Delisoft