English

Haiti, une illusion de souveraineté

Paru dans La Presse le 8 janvier 2011

Sociologue d’origine haïtienne, l’auteur est Chargé de cours à l’Université McGill et consultant en gouvernance et stratégie d’affaire pour organismes à but non-lucratif.

Les Haïtiens ne peuvent se permettre de mordre la main qui les extirpe des décombres, les soigne et les nourrit. Dans ce contexte de dépendance, la souveraineté est secondaire. Le contrôle du territoire par la MINUSTAH n’a pas suscité pas de débats parce que cette force onusienne est dirigée par le Brésil, puissance émergente d’apparence moins menaçante que les États-Unis, La France, voire même le Canada. Le Président d’Haïti et les autres élus ont été mis hors-jeu par la création d’une commission pour la reconstruction coprésidée par Bill Clinton, qui se présente comme le grand ami d’Haïti. Exclues des promesses de financement, les organisations de la société civile sont incapables de participer à la reconstruction du tissu social. Sans tissu social, il n’y a pas de cohésion, pas d’organisation et surtout pas d’opposition. Des centaines d’ONG sont financées pour se substituer aux institutions nationales. Elles ne proposent pas de projets structurants, ne font pas d’achat local, n’embauchent pratiquement pas d’Haïtiens. Leur approche a démantelé ce qui restait de la structure économique du pays.

Au nom de la sacrosainte démocratie, la communauté internationale a réclamé la tenue d’élections dans des conditions qui ne pouvaient nullement garantir l’intégrité du processus. Malgré des irrégularités, les observateurs internationaux avaient déclaré les résultats valides. Environ dix jours plus tard, Ottawa et Washington se sont dits inquiets et préoccupés par l’incohérence des résultats. Ainsi a débuté un processus qui a amené la classe politique à collaborer à la prise de contrôle du pays; Douze candidats avaient fait front commun pour dénoncer la fraude qui aurait été orchestrée en faveur de Jude Célestin. Cette belle unité n’a pas duré 24 heures. Michel Martelly et Mirlande Manigat ont cautionné la fraude en maintenant leur candidature. Sans crédibilité, les candidats ont ajouté une autre couche d’absurdité en faisant des propositions de sortie de crise qui sont inconstitutionnelles. La souveraineté étant l’ultime source de fierté des Haïtiens, le prochain président ne servira qu’à leurs donner l’impression d’être maitres chez-eux.

La communauté internationale a réuni les conditions pour prendre le contrôle du pays sans opposition populaire et politique. Insensible au désespoir, à la perte de dignité de ses concitoyens et aveuglée par la pouvoir, la classe politique haïtienne a créer les conditions pour l’élection d’un régime fantoche. Parce qu’il n’y a pas eu d’invasion armée et sous le couvert de l’aide humanitaire, la stratégie a échappé à toute forme de contestation. La propagande a mis l’accent sur une amitié entre peuples dénuée d’intérêts géopolitiques et économiques. Cette amitié a été renforcée par une promesse de dix milliards de dollars pour la reconstruction. Dans les faits, cette somme devrait être dépensée dans l’économie des pays donateurs. Jusque là, le seul dérapage de cette stratégie aura été la crise du choléra, simple dommage collatéral.

Frederic Boisrond, MBA

NOS COORDONEES
Notre adresse
104, Rue Gentilly
Laval (QC) H7K 2M1
Téléphone
514-995-3854
Email
info@feedbacktivite.com
PUBLICATIONS
Nos publications et articles
Cliquez ici pour
y acceder.
Copyright © 2012 Feedbacktivite
Tous droits réservés
Conception web Delisoft